Nathalie Brisson

 

Planificatrice financière

514-830-7765

Notre mandat depuis mars 2015, offrir aux organismes sans but lucratif une vitrine sur le Roussillon

ÉLECTION FÉDÉRALE 2019

NOUVELLES

Les communiqués des partis politiques régionaux (La Prairie et Châteauguay) seront publiés intégralement et gratuitement tout au long de la période électorale.

Accès internet haute vitesse dans la circonscription

Isabelle Lapointe confirme son engagement

 

La Prairie, le 9 octobre 2019 – Isabelle Lapointe, candidate conservatrice dans la circonscription de La Prairie, confirme qu’un gouvernement conservateur s’assurera que tous les citoyens citoyennes qui résident en zone rurale dans la circonscription, dont ceux de Saint-Philippe, Saint-Mathieu et Saint-Constant, auront finalement accès à Internet haute vitesse grâce des bandes passantes, telles qu’on les retrouve dans les milieux urbains.

 

Pour y arriver, un gouvernement conservateur travaillera en partenariat avec le gouvernement du Québec et les entreprises privées de télécommunications qui déploient des réseaux à larges bandes. Un gouvernement conservateur s’assurera, d’une part, d’une redirection plus intelligente des investissements fédéraux vers les secteurs moins attrayants pour ces entreprises de télécommunication afin que celles-ci déploient et maintiennent une technologie de pointe.  D’autre part, un gouvernement conservateur réservera pour les régions rurales, une partie de la vente aux enchères du spectre pour l’accès Internet haute vitesse sans fil. L’objectif est de s’assurer que les gens du comté aient accès à des débits allant jusqu’à 100 mégabits par seconde sur des réseaux filaires et des bandes passantes sans-fil, lesquelles seront également à haute vitesse.

 

La promesse libérale est d’attendre encore 3 ans, soit jusqu’en 2022 pour brancher les gens qui sont privés d’un accès à Internet haute vitesse.  La promesse libérale ne tient pas compte des nouvelles réalités technologiques.  Les libéraux promettent des bandes passantes limitées de 3 ou 5 mégabits par seconde, tel que mentionné dans l’article du 20 décembre 2017 de l’hebdomadaire Le Reflet.  Cette technologie ne répond plus aux exigences des technologies de l’information de 2020.

 

« Aujourd’hui, autant dans les résidences que dans les entreprises, les exigences en termes de bande passante sont beaucoup plus élevées que celles prévues il y a deux ans.  De plus en plus d’appareils sont connectés et requièrent un accès à Internet haute vitesse. Que l’on pense aux systèmes de domotiques ou de sécurité résidentiels, les systèmes de gestion de l’approvisionnement en temps réel des entreprises ou encore des systèmes de gestion des entreprises agricoles, tous ces systèmes et applications requièrent une connectivité à débit élevé.  De plus, nos jeunes ont besoin d’un Internet rapide pour leurs travaux scolaires et leurs loisirs », défend la candidate.