Bilan des ventes d’unifamiliales par division de recensement

PUBLICATION JLR

FAITS SAILLANTS

  • En 2020, 46 des 75 divisions de recensement (DR) analysées dans ce rapport ont enregistré une variation du nombre de ventes supérieure ou égale à 10 % relativement à 2019.
  • Les DR des Pays-d’en-Haut (+58 %) et de Pontiac (+56 %) ont connu les plus fortes hausses du nombre de ventes dans la province de Québec au cours de l’année 2020.
  • La DR de Montréal remporte la palme de la région avec le prix médian des unifamiliales le plus élevé de 2020, soit 568 000 $.
  • En 2020, 66 des 75 DR analysées dans ce rapport ont connu une hausse de prix de 5 % ou plus relativement à 2019.

Le marché immobilier résidentiel de la province a atteint            un       nouveau         record de      ventes d’unifamiliales en 2020. Selon les actes notariés publiés au Registre foncier du Québec et compilés par JLR, une société d’Equifax, 103 429 maisons unifamiliales ont changé de mains en 2020, une augmentation de 18 % relativement à 2019. Les taux d’intérêt historiquement bas, l’évolution des préfé- rences en matière de logement, l’épargne élevée des ménages et la croissance du revenu disponible ont stimulé la demande en habitation dans la province. Ce contexte a fait mousser les ventes en plus d’exercer une pression haussière sur les prix. Comme en témoignent les statistiques présentées dans ce rapport, la vigueur du marché résidentiel québécois s’est ressentie dans plusieurs régions du Québec.

BILAN DES VENTES D’UNIFAMILIALES PAR DIVISION DE RECENSEMENT

Cette publication présente une analyse du marché des unifamiliales par division de recensement (DR) pour l’année 2020. Les DR divisent le territoire de la province en 98 zones géographiques qui, dans la majorité des cas, coïncident avec les municipalités régionales de comté (MRC). Autrement, une DR peut être un territoire équivalent (TÉ) ou une région créée précisément aux fins du recensement (CDR)1. Au fil des ans, le territoire de certaines MRC a changé, mais, dans le cadre de la présente analyse, les limites des divisions de recen- sement établies par Statistiques Canada prévalent.

Dans certaines régions du Québec, peu de maisons unifamiliales ont changé de mains au cours de la dernière année, ce qui rend difficile l’interprétation de certaines statistiques. Lorsque moins de propriétés sont vendues, les variations calculées peuvent ne pas représenter l’état réel d’un marché. Les possibles effets aléatoires rendent les résultats moins fiables. Pour cette raison, seules les DR comptabilisant au moins 300 transactions au cours de la dernière année sont considérées dans l’analyse des variations annuelles. Conséquemment, 23 des 98 DR du Québec ont été exclues. Néanmoins, des informations sur les statistiques de ventes de chacune des DR du Québec sont présentées en annexe ainsi que sur les cartes géographiques.

VARIATION DU NOMBRE DE VENTES

En 2020, parmi les 75 DR étudiées, 46 ont enregistré une variation supérieure ou égale à 10 % et 20 ont connu une hausse des ventes entre 5 % et 9 % relati- vement à 2019. Ces statistiques montrent que la pandémie a favorisé les ventes dans une multitude de DR. L’analyse de la carte 1 (disponible en page 3) met bien en évidence l’attrait grandissant pour les régions un peu plus éloignées créé par la crise sanitaire. Pour Montréal et ses banlieues, la demande demeure élevée, mais le faible inventaire dans ces régions a limité les hausses des ventes. Les régions administratives comme le Saguenay–Lac-Saint-Jean, la Maurice, la Capitale-Nationale, les Laurentides, entre autres, affichent beaucoup de mauve foncé, ce qui dénote un marché vigoureux en 2020 dans ces régions.

En termes d’augmentation des ventes les plus élevées, 6 DR ont enregistré une croissance de plus de 50 % et la majorité de celles-ci se trouvent dans les régions administratives des Laurentides et de l’Outaouais. Les DR de Pays-d’en-Haut (+58 %) et de Pontiac (+56 %) sont en tête de liste. La hausse significa- tive dans la DR de Pays-d’en-Haut est attribuée à un inventaire important disponible avant la pandémie et celle de la DR de Pontiac peut être expliquée par sa proximité avec Ottawa, qui permet aux travailleurs de combiner le télétravail et le travail dans les bureaux. Les autres DR du palmarès sont non loin derrière, avec des augmentations de ventes entre 30 % et 40 % pour 23 d’entre elles.

D’autres DR de la Montérégie ont enregistré des augmentations significatives telles que le Haut-Saint- Laurent (+44 %) et Vaudreuil-Soulanges (+14 %). Seule la DR de Roussillon (0 %) n’a pas connu de croissance significative par rapport à 2019.

À la vue de la carte 1, les ventes dans la région administrative de l’Abitibi-Témiscamingue semblent avoir été moins vigoureuses que dans le reste de la province, mais des augmentations sont tout de même présentes dans certaines divisions de recensement. Dans le cas de la DR de Montréal (+1 %), la demande d’unifamiliales demeure forte même si certains ont quitté l’île. Le petit inventaire et non une demande réduite, explique la faible hausse de ventes.

PRIX DE VENTE MÉDIAN

Le palmarès 2020 des prix de vente les plus élevés est identique à celui de 2019, en ce qui a trait aux positions respectives de chacune des villes qui s’y trouvent. La DR de Montréal trône, sans grande surprise, au sommet de ce décompte avec un prix de vente médian de 568 000 $ pour l’année 2020, ce qui représente une croissance de 12 % relativement à 2019. Ce montant place Montréal loin devant Longueuil (2e position), où le prix médian a atteint 429000 $ en 2020. Au final, au regard de la carte 2, le prix de vente médian des maisons unifamiliales se situait entre 100 000 $ et 250 000 $ pour environ 60 % des DR de la province analysées. La majorité de celles qui affichent un prix médian supérieur à 350 000 $ fait partie du territoire de la région métropolitaine de Montréal. Les régions pourraient tranquillement réduire l’écart de prix avec le Grand Montréal si l’attrait pour les secteurs plus éloignés se poursuit en 2021.

VARIATIONS DU PRIX MÉDIAN

Au Québec, en 2020, le prix de vente médian a crû dans la quasi-totalité des DR ayant eu 300 transactions ou plus au cours de l’année. La contrainte de l’offre, combinée à une forte demande dans de nombreuses régions avant et pendant la pandémie, a amené les prix à atteindre de nouveaux records en 2020. De plus, les propriétaires sont prêts à investir plus d’argent dans leur future maison qui, pour beaucoup, joue désormais le rôle d’école et de lieu de travail. Les DR de Sept-Rivières–Caniapiscau (+25 %), Témis- couata (+24 %) et Laurentides (+22 %) occupent respectivement la première, deuxième et troisième position du palmarès avec les plus fortes hausses de prix. L’accroissement remarquable dans la DR de Sept-Rivières—Caniapiscau peut partiellement s’expliquer par l’effet de composition, c’est-à-dire, à un plus grand nombre de maisons à valeur élevée vendues pendant l’été.

La DR Témiscouata, quant à elle, affiche un prix médian bas par rapport aux autres, ce qui en fait une option attrayante pour les acheteurs à la recherche de propriétés abordables et près d’espaces verts. Ainsi, la pandémie a pu favoriser la demande pour cette région et faire croitre les prix. Finale- ment, les prix dans les Laurentides étaient relative- ment abordables ces dernières années, mais son emplacement stratégique conciliant une proximité à Montréal et avec la nature a rendu cette DR très populaire pendant la pandémie et, par conséquent, les prix ont considérablement crû en 2020. Plusieurs DR des régions administratives de Montérégie, Laurentides et Lanaudière se retrouvent dans le top 15% des plus fortes hausses de prix de vente médian dans le secteur de l’unifamiliale en 2020. Ces augmentations de prix témoignent de l’intérêt pour les propriétés situées à une distance raisonnable de Montréal tout en étant abordables. Bref, plusieurs semblent se positionner pour un mixte télétravail et présence au bureau dans l’avenir.

CONCLUSION

Somme toute, le marché de l’unifamiliale au Québec s’est montré vigoureux au cours de 2020. La croissance des ventes s’est accélérée presque partout à travers le territoire, aidée par de faibles taux d’intérêt, de nombreux programmes d’aide gouver- nementale et un changement dans les besoins des consommateurs. La majorité de fortes hausses de prix ont, quant à elles, été notées dans les régions qui sont entre 30 minutes et 1 h 30 de Montréal. Néanmoins, la DR de Montréal continue d’être la plus chère, mais l’écart avec les autres secteurs pourrait décroitre en 2021, une tendance contraire à celles des dernières années.

Au premier semestre de 2021, la demande devrait persister et l’inventaire devrait rester faible, ce qui continuera d’exercer une pression sur les prix. Pour la seconde partie de l’année, une diminution du nombre de transactions pourrait être enregistrée, mais la progression des prix reste incertaine, car elle dépendra de nombreux facteurs dont l’évolution de la pandémie et les mesures que le gouvernement mettra en place afin de stimuler l’économie.

NOTE MÉTHODOLOGIQUE

Certaines régions comptent trop peu de valeur pour obtenir des statistiques fiables. Afin qu’une DR se retrouve dans le tableau, un seuil minimal de 40 transactions est exigé. Pour l’analyse toutefois, seules les DR avec plus de 300 transactions ont été retenues.

Les données utilisées ont été colligées par JLR à partir des transactions publiées au Registre foncier du Québec. Afin d’obtenir des statistiques représentatives du marché immobilier, certaines données parmi les ventes sont éliminées pour les calculs statistiques. Ainsi, les ventes dont le montant de la transaction est inférieur à 5 000 $, les ventes liées, les ventes de reprise hypothécaire, les ventes indivises et les ventes multiples ne sont pas incluses dans les statistiques rapportées dans cette étude.

POUR TOUT SAVOIR SUR L’IMMOBILIER

Vous souhaitez obtenir des données spécifiques à votre secteur? Contactez-nous pour obtenir pour obtenir une étude personnalisée!

Consultez l’étendue des publications à cette adresse : blog.jlr.ca/publications

Consultez le Radar immobilier pour obtenir des statis- tiques sur les ventes, les mauvaises créances et le profil sociodémographique de votre secteur, à cette adresse : www.jlr.ca/radarimmobilier

CONCLUSION

Somme toute, le marché de l’unifamiliale au Québec s’est montré vigoureux au cours de 2020. La croissance des ventes s’est accélérée presque partout à travers le territoire, aidée par de faibles taux d’intérêt, de nombreux programmes d’aide gouver- nementale et un changement dans les besoins des consommateurs. La majorité de fortes hausses de prix ont, quant à elles, été notées dans les régions qui sont entre 30 minutes et 1 h 30 de Montréal. Néanmoins, la DR de Montréal continue d’être la plus chère, mais l’écart avec les autres secteurs pourrait décroitre en 2021, une tendance contraire à celles des dernières années.

Au premier semestre de 2021, la demande devrait persister et l’inventaire devrait rester faible, ce qui continuera d’exercer une pression sur les prix. Pour la seconde partie de l’année, une diminution du nombre de transactions pourrait être enregistrée, mais la progression des prix reste incertaine, car elle dépendra de nombreux facteurs dont l’évolution de la pandémie et les mesures que le gouvernement mettra en place afin de stimuler l’économie.

NOTE MÉTHODOLOGIQUE

Certaines régions comptent trop peu de valeur pour obtenir des statistiques fiables. Afin qu’une DR se retrouve dans le tableau, un seuil minimal de 40 transactions est exigé. Pour l’analyse toutefois, seules les DR avec plus de 300 transactions ont été retenues.

Les données utilisées ont été colligées par JLR à partir des transactions publiées au Registre foncier du Québec. Afin d’obtenir des statistiques représentatives du marché immobilier, certaines données parmi les ventes sont éliminées pour les calculs statistiques. Ainsi, les ventes dont le montant de la transaction est inférieur à 5 000 $, les ventes liées, les ventes de reprise hypothécaire, les ventes indivises et les ventes multiples ne sont pas incluses dans les statistiques rapportées dans cette étude.

POUR TOUT SAVOIR SUR L’IMMOBILIER

Vous souhaitez obtenir des données spécifiques à votre secteur? Contactez-nous pour obtenir pour obtenir une étude personnalisée!

Consultez l’étendue des publications à cette adresse : blog.jlr.ca/publications

Consultez le Radar immobilier pour obtenir des statis- tiques sur les ventes, les mauvaises créances et le profil sociodémographique de votre secteur, à cette adresse : www.jlr.ca/radarimmobilier

Annexe

TABLEAU COMPLET DES TYPES DE RÉGIONS, DES STATISTIQUES DU SECTEUR DE L’UNIFAMILIALE DE JANVIER À DÉCEMBRE 2020 PAR DR ET LES VARIATIONS PAR RAPPORT À LA MÊME PÉRIODE L’ANNÉE PRÉCÉDENTE.

Source www.jlr.ca

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*